Sommes-nous fous?

DSCF5275

Nous marchions en quête du silence, dans l’allée tels des robots. Nos pas étaient automatiques, alors que notre tête était ailleurs. Nos pensées ont maintenant enclenché des manifestations physiologiques: nos membres alourdis, nos yeux mouillés et nos corps en frisson, des larmes coulaient sur nos joues. Oswiecim, ou pluôt Auschwitz (en allemand) en Pologne, a été le lieu des pires atrocités. Être présents sur ces lieux, dans ce camp de concentration, voir ces chambres à gaz, réaliser ce que des millions de juifs ont vécu ici, réaliser l’efficacité et la précision du génocide, nous a mis dans un tel état. Déshabillez-vous et prenez la prochaine porte à gauche, Dankeschön! …  En voyant ces photos d’enfants et familles en ligne vers la mort, nous réalisions la chance que nous avions. Chloélie a aussi compris du haut de ses 5 ans, car si elle était la reine, elle n’aurait pas accepté ça dans son royaume nous disait-elle…

DSCF5278

Et puis ça y est, ça l’explose, une crise monumentale de Laurielle. Elle hurlait sans arrêt, parce qu’elle voulait enlever son manteau alors qu’il faisait que 10 degrés celsius. Au milieu de tous ce gens émus, des gens comme nous, qui étaient troublés, au milieu de centaines d’étudiants venus d’Israël, qui priaient, se recueillaient ici, dans ce lieu meurtrier.

Voilà, pour une des seules fois dans notre vie de parents, nous nous sentions démunis, dépassés et impatients. Une fois dans la voiture, alors que nous avions quitté le camp de concentration, on se questionnait: Mais quelle était cette idée de fou de faire le tour du monde avec une petite de 2 ans (aka Terrible 2)???

Nous nous sommes arrêtés sur la route, nous avons réfléchi et discuté pendant que les petites jouaient au parc. Il y a une raison pour laquelle nous sommes ici. Auschwitz nous fait réaliser la chance que nous avons d’être tous ensemble pendant 1 an, de réaliser notre grand rêve, car après tout, la vie est trop courte et si fragile. Nous sommes ensemble, peu importe où que nous sommes dans notre progression, ensemble nous vivons des expériences extraordinaires. Il est temps pour nous de se retrouver, sans site à visiter, ou de tierce personne, bref, il est temps pour nous de se reposer en famille. Après quelques câlins familiaux, nous repartions en se disant qu’une autre adaptation était de mise: demain, nous ferons: rien.

DSCF5283DSCF5297

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *